"L'ÉCRITURE"

 

 

L'écriture, c'est dire ce que l'on pense, ce que l'on ne pense pas.

 

C'est dire ce que l'on ressent, ce que l'on ne ressent pas. C'est dénoncer l'injustice.

 

C'est dénoncer comment va le monde, comment il ne va pas. C'est affirmer sa compétence, son ignorance.

 

C'est avoir le sens critique sur certaines situations, certaines personnes.

 

Écrire, c'est aimer, c'est haïr.

 

Écrire, c'est un passe-temps, un travail.

 

L'écriture doit projeter des images dans l'imagination du lecteur.

 

Écrire, c'est le syndrome de la page blanche.

 

Le stress de ne pas savoir quoi écrire rend fou en quelques sortes.

 

L'écrivain pense sans arrêt. Il pense à qui ? À quoi ? De qui ? De quoi ? Où ? Quand ? Comment? Pourquoi ?

 

Telles sont les questions existentielles dont l'écrivain est constamment confronté au cours de sa vie.

 

   Écrire, c'est parler sur du papier. C'est un film à pointe fine, un écran ligné.

 

Écrire, c'est inventer, improviser, calculer, mesurer, peser, attaquer, défendre, protéger, violer, faire damner, la vie y est directement reliée.

 

Écrire, c'est voyager sans risques de s'écraser. C'est être témoin d'un événement qui n'a jamais eu lieu. Mais surtout, l'engrenage du cerveau.

 

Écrire, c'est parler d'émotions. Dévoiler l'état d'âme, l’état d’esprit. C’est les battements du cœur. C'est dévoiler les défauts, les qualités. Les beautés, les laideurs. La joie de vivre, le désespoir. L'encouragement, la méchanceté. Les torts, les raisons.

 

L'écriture de création, c'est partir d'un rien et en venir à bout. C'est s'inspirer d'une idée de base, d'un "flash", d'un souvenir, d'un sourire, d'un regard, d'un soupçon d'idée.  

 

-Écrire semble être toute une aventure !

J'ai hâte de dire à ma mère ce que je veux faire dans la vie: ÉCRIVAIN ! De dire le fœtus, quelques jours avant sa naissance...

 

FIN  

 

tous droits réservés

1997