"CHANGEMENTS DE

 

DÉCORS"

 

Les oiseaux viennent manger tous les matins, même l'hiver. Environ 7-8 genres différents volent près des mangeoires pour ensuite, aller se percher dans le grand arbre juste à côté pour planifier leur journée.   

 

Le grand balcon entouré de grillages à poules y laisse courir un beau petit chat aux trois tons de brun qui s'appelle Taquin, si j'ai bien compris. Il regarde les oiseaux avec passion et tranquillité.

 

Il ne leur veut surtout pas de mal. Il semble même les apprécier. Je crois même qu'ils le divertissent. Il peut les observer pendant des heures sans bouger d'un poil. Il les étudie, tente de les comprendre davantage...  

 

La porte du balcon est retenue à la rampe par un lacet vert. Elle est en bois et elle est pleine de petits trous.

 

Les anciens locataires jouaient aux fléchettes mais n'avaient pas la cible originale.

 

La moustiquaire et la vitre de la porte ont été changées au début de l'été.

 

Elles ont été fracassées par une balle de base-ball lancée au hasard par un jeune voyou...   

 

Le salon est assez grand. Il va de la porte du balcon jusqu'à la porte d'entrée du logement.

 

Le plancher en bois franc brille de tout son long.   

 

Une horloge murale se repose près du grand miroir décoratif, elle indique 11h20 depuis bientôt trois jours...  

 

Dans l'aquarium de six pieds de long, un autre monde défile sous le léger grondement du filtre.

 

Une quinzaine de petits poissons se faufilent parmi les maisons et les autres jolis accessoires qui donnent un très beau coup d'oeil à ce site de liberté.

 

Des colimaçons y débarbouillent les parois intérieures sans trop se presser...  

 

Le passage qui mène aux chambres à coucher est plutôt sombre, sans éclairage précis.

 

Ses murs sont décorés de "posters" d'animaux et de sports. La boîte électrique a aussi sa place.

 

Le plancher craque un peu plus que dans le salon...  

 

En arrivant aux chambres à coucher, au premier coup d'oeil, elles semblent comme toutes les autres. Sauf qu'au lieu d'avoir des interrupteurs pour les lumières, il y a des tableaux de contrôles d'ascenseurs ! En haut de la porte de la chambre, ça indique : 7e étage !  

 

J'appuie sur le bouton du 1er étage. La chambre descend tout en douceur et s'immobilise au 1er. J'ouvre la porte et deux vieilles femmes jouent aux cartes dans la cuisine. Je la referme et je monte au 2e.   

 

J'ouvre la porte de nouveau et il n'y a personne.   

 

Étant maintenant au 3e, avant même que j'ouvre la porte, toutes les lumières s'éteignent et l'électricité rend l'âme.

 

J'ouvre la porte dans l'obscurité pour voir ce qui m'attend et avec la clarté du jour qui illumine quelque peu l'appartement, j'aperçois trois belles femmes nues assises sur le divan du salon qui jasent en prenant un verre...   

 

J'ai toujours vanté les bienfaits d'une panne d'électricité !   
 

FIN

tous droits réservés

1997